Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 13:03

Peu à peu la lumière artificielle chassait celle venue d’un soleil absent, je marchais dans Paris en dominant un parapluie que ce vent d’automne s’acharnait à vouloir retourner. 

 

Face au vent, le parapluie me cachait la vue, c’est alors que j’entends une voix féminine, d’origine anglo-américaine ; son ton grave, pareil au roulement de pierres dans un petit torrent de montagne, m’attire.  Mon regard alors fixé sur le sol glissant remontait peu à peu. Je vis deux bottines noires, puis je devinais des jambes sous un jean bleu clair ; plus haut un blouson en cuir, d’une couleur tirant sur l’orange amazone, recouvrait un corps d’apparence svelte, abrité sous un parapluie sans souvenir. Enfin je vis ce visage pâle, presque blanc, orné de cheveux roux attachés et tirés en arrière laissant un large front clair, je remarquais une bouche fine sans sourire aux lèvres à peine visibles, deux légères ombres au-dessus de sa lèvre supérieure laissaient deviner un nez vite ignoré car un regard éveilla brutalement mon esprit.

 

Mes yeux croisèrent deux yeux bleus. Pendant un certain temps mon esprit fixait ce bleu étrange, curieux… Elle me regardait, je ne voyais plus qu’une bouche fine sans sourire… et deux yeux intenses, deux yeux curieux, deux yeux dérangeants… Cela n’avait duré qu’une seconde ou deux…

 

Elle tourna la tête et de sa voix forte, elle réprimandait ses deux enfants qui traînaient un peu.

Je repris ma marche sur le boulevard Voltaire en direction de la place de la Nation, avec, dans la tête, ce visage sans sourire aux yeux bleus. Au bout de quelques pas je me suis retourné pour la revoir, elle était de dos réajustant les capes de pluie de ses enfants… M’avait-elle seulement vue lorsque nos regards se sont croisés ? Je crois que oui… M’a-t-elle déjà oubliée ? Je crois que oui… Pas moi.

 

Mes pensées auparavant perturbées car focalisées sur une situation sociétale en perdition, étaient maintenant sereines m’emmenant vers un état de bien-être.

Quand mes yeux regardaient le petit bonhomme vert m’invitant à traverser la rue Charonne, mon esprit s’attardait sur ce visage au sourire absent et aux yeux si bleu. A partir de ce moment mon cerveau pris en charge mon corps pour l’emmener en toute sécurité vers mon domicile et mon esprit m’emmena dans mes espaces de rêves pourtant si réels.

 

Ainsi cette inconnue en rejoint d’autres dans mes cases mémoires oniriques. Ce sont des dizaines de visages que je retrouve régulièrement dans mes rêves qu’ils soient éveillés ou non.

 

Quand mon esprit choisira cette dernière pour lui attribuer un rôle dans l’un de mes scénarios imaginaires il se permettra de la changer un peu, un sourire sera peut-être là, ses cheveux seront sûrement détachés, mais jamais il ne se permettra de toucher à ses yeux. Mon esprit n’hésitera pas aussi, lors de mes méditations, à la faire intervenir, avec son visage inerte tel un point fixe dans mon environnement, afin qu’il puisse reprendre contrôle sur mes pensées, comme je peux le faire avec un mantra ou une concentration sur ma respiration.

 

Je laisse maintenant mon esprit gérer son nouvel outil et je redonne puissance à mon cerveau pour gérer mon quotidien ; d’ailleurs il est temps d’aller à la laverie…

 

---

Partager cet article

Repost 0
Published by Sagamartial - dans Ma vie
commenter cet article

commentaires

chris Miquet 05/11/2014 10:14


Bonjour Martial


C'est toujours avec grand plaisir que je lis ton blog. Peux-tu me contacter par mail. Biz Chris

Présentation

  • : le blog sagamartial
  • : Le principal objectif de mon blog est de Partager... Alors ce blog récoltera : mes inquiétudes et mes doutes sur l'avenir, mes colères, mes déceptions, mes moments de joie ; mais aussi mes interrogations, mes voyages, mes randos...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Catégories