Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 19:08

Il y a quelques mois maintenant, j'ai assisté à un débat organisé par RESF qui suivait un http://www.carmed.org/images/m_benasayag.jpgdocumentaire sur les "sans-papiers", les intervenants étaient excellents dont Miguel Benasayag [il est né le 4 juin 1953 en Argentine où il a étudié la médecine en même temps qu'il militait pour la guérilla guévariste. Arrêté trois fois, il est torturé, puis ayant survécu, il passe trois ans et demi en prison. Benasayag a pu bénéficier, grâce à sa double nationalité franco-argentine du programme de libération des prisonniers français en Argentine et se rendre ainsi en France en 1978, pays qu'il ne connaissait pas.]

Lors du débat une personne de la salle mettait en avant la tendance de laisser toujours croire que les "sans-papiers" étaient des victimes bien gentilles, par cette remarque elle rappelait qu'entrer sur le territoire en fraude était tout de même illégal. Après quelques échanges notamment pour rappeler que ces êtres humains étaient dans l'illégalité pour fuir soit la misère, soit la haine, soit la guerre, bref souvent la mort ; Miguel Benasayag imagea la situation en parlant d'un mur avec d'un côté les "Avec" et de l'autre les "Sans". Ce soir là on parlait des "sans-papiers" mais lui généralisa sa remarque aux sans-travail, aux sans-terre, aux sans-eau, etc. et il expliquait que de chaque côté du mur on peut devenir inhumain, les uns de peur de perdre leur privilège, leur bien-être et les autres pour en prendre un peu afin de vivre ; c'est ce que Miguel appelle la guerre entre les "Avec" et les "Sans".

Il m'arrive souvent de repenser à ces propos. J'ai essayé de lister les "Sans" et les "Avec" :

  • - les Avec et les Sans logement
  • - les Avec et les Sans travail
  • - les Avec et les Sans santé
  • - les Avec et les Sans famille 
  • - les Avec et les Sans terre
  • - les Avec et les Sans école
  • - les Avec et les Sans eau
  • - les Avec et les Sans nourriture
  • - les Avec et les Sans paix
  • - les Avec et les Sans savoir
  • - les Avec et les Sans avenir

Et le pire est qu'il y a des Sans "logement/travail/santé/terre/école/eau/nourriture/paix/avenir..."

mur De plus, nous pouvons le constater, les murs entre les "Avec" et les "Sans" ont tendance à s'élargir... Mais le pire est qu'il y a de plus en plus de "Sans" et de moins en moins de "Avec" mais avec toujours plus...

Aujourd'hui, même si c'est de moins en moins vrai, les "Sans" peuvent rêver d'un jour où les murs disparaîtront ou, tout au moins, espérer pouvoir passer de l'autre côté des murs.

Aujourd'hui encore, de nombreux "Sans" croient en des dieux qui leur promettent un monde meilleur... après leur mort ; et nombreux "Avec
" profitent de cette foi (voire l'entretiennent), foi qu'ils considèrent comme une faiblesse.

Mais demain le rêve et la foi peuvent s'évaporer, disparaître. Et alors ?

Et alors les "Sans" sans espoir, agiront pour forcer le partage de ce qu'il y a derrière le mur, chez les "Plus".

On peut écrouler un mur, on peut passer au-dessus ou en dessous d'un mur ; un mur peut se contourner. On peut renforcer un mur, on peut rehausser un mur, le contournement peut être empêcher par la force... D'un côté des "Avec" et de l'autre des "Sans", de chaque côté ce seront des ennemis, des adversaires. La guerre entre les "Sans" et les "Avec", sera terrible car, pour les "Sans", l'enjeu sera  la vie... 

Etant un optimiste, je crois qu'on peut échapper à ce scénario de peur.
http://ecl.ac-orleans-tours.fr/clg-jracine-maintenon/images/tuilerie.jpg

 Certes, les plus inhumains des "Plus", penseront "combats", "destruction", "extermination"... Mais l'histoire de tout temps prouve que la meilleure arme ne peut rien faire contre la multitude, prouve que l'arme la plus terrible peut facilement se retourner contre le premier utilisateur.

Mon optimisme me laisse croire qu'au contraire l'humain
gagnera sur l'inhumain et que les "Avec" comprendront qu'il faut partager avec les "Sans". Partager la planète, partager l'avenir, partager le bonheur ; un bonheur sobre sûrement mais tellement plus riche...

Déjà, partout on voit des mouvements se lever dans ce sens, souvent résumés derrière le mot "Altermondialisme". Mais c'est aussi toutes les réflexions qui émergent dans le monde politique : société de sobriété, développement économique durable, nouveau modèle de société, décroissance pour les uns et croissance pour les autres.

Je reste optimiste mais devant les faits, devant le manque de prise de conscience des hommes, devant cette soif du "toujours plus", cet optimiste s'effrite...

--- 


 




 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sagamartial - dans Société
commenter cet article

commentaires

Evelyne Riou 27/02/2010 12:31



merci Martial pour le rappel de ce débat auquel j'avais aussi participé. Cette réflexion sur les "sans" me renvoie à ce que j'ai appris avec ATD Quart Monde.
D'une part les "sans" qui généralement n'accèdent pas effectivement à plusieurs droits à la fois, le logement, l'éducation, le travail, la santé... ne sont pas sans savoir. Nous pensons
souvent à les aider. Mais nous pensons trop rarement qu'eux peuvent nous aider. Or le monde ne peut être transformé qu'avec leur participation, leurs valeurs. Eux seuls parce qu'ils vivent dans
l'extrème peuvent nous apprendre ce qui est nécessaire à l'homme et à son épanouissement. Mais pas dans la théorie, dans une vraie participation, concrète, ensemble, pour mieux concevoir les
politiques nationales et internationales. Sans eux, on est condamnés à refaire toujours les mêmes erreurs. Mais cette participation a un prix. Elle n'est pas facile, elle demande un engagement à
leurs côtés, parce que leur vie très difficile ne leur permet pas de participer en tant que citoyen, si nous n'acceptons pas de mêler nos vies aux leurs. Ainsi chaque débat intellectuel sans eux,
sans leur expression et leur vécu, est un débat perdu, parce qu'il ne peut aboutir qu'à une construction de l'esprit qui ne tient pas compte des conséquences vécues tous les jours. Ce
n'est qu'ensemble que l'on pourra avancer. Mais dans notre société, il est difficile de faire accepter que les plus démunis, dans un travail exigeant, et accompagnés par d'autres, puissent avoir
un rôle pour la collectivité, et pas seulement la capacité à témoigner de leur infortune. C'est le passage de la compassion et la charité, utiles mais non suffisante, à la réflexion et
l'action collectives pour le bien de tous sans exception. Cela existe déjà mais ce n'est guère reconnu et développé, loin de l'être systématiquement. Parce que notre société clive essentiellement
entre sachants et non sachants. Les sachants et les non sachants étant définis en fonction du statut social et du niveau d'études. C'est une véritable révolution culturelle qui serait
nécessaire pour libérer le savoir de tous et nous aider ainsi à construire un monde meilleur pour tous.



Présentation

  • : le blog sagamartial
  • : Le principal objectif de mon blog est de Partager... Alors ce blog récoltera : mes inquiétudes et mes doutes sur l'avenir, mes colères, mes déceptions, mes moments de joie ; mais aussi mes interrogations, mes voyages, mes randos...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Catégories