Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 09:35

Depuis un certain temps je saoule mes amis avec ce livre… (J’espère qu’ils vont finir par l’acheter !).

En effet il m’a marqué et m’a redonné un faible espoir en la pérennité de l’humanité.

« Saviez-vous qu'un bébé de 1 an, qui vient juste d'apprendre à marcher, se porte spontanément au secours de quelqu'un qu'il voit en difficulté ? Saviez-vous que, lors d'une catastrophe naturelle, il n'y a pratiquement pas de pillages et de violences, mais beaucoup d'altruisme et de solidarité ? »

 Déjà une remarque, pour les « pessimistes négatifs » qui considèrent les optimistes comme de « doux rêveurs", il n’est pas écrit «  il n’y a pas de pillages » mais PRATIQUEMENT pas de pillage…

 

Tout d’abord : qui est Jacques Lecomte ?


Source Wikipédia : « Jacques Lecomte, est un psychologue français, l'un des principaux experts francophones de la psychologie positive. Docteur en psychologie, il était chargé de cours à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (sciences de l’éducation) et à la Faculté des sciences sociales de l’Institut catholique de Paris.

Il été responsable, de 1992 à 1998, de la rubrique « Psychologie » au sein du magazine Sciences humaines, il a soutenu une thèse de psychologie sur la résilience après maltraitance, intitulée Briser le cycle de la violence ; quand d’anciens enfants maltraités deviennent des parents non-maltraitants.

Il est le président fondateur de l’Association française et francophone de psychologie positive (APP) qui rassemble des enseignants-chercheurs, des praticiens et des acteurs divers, qui se reconnaissent dans cette approche de l'être humain. »

 

Sa maxime : « La meilleure façon d’être réaliste et pragmatique, c’est d’être profondément idéaliste ».

 

C’est un universitaire et comme tel il est rigoureux dans ses recherches et publications, il ne se contente pas comme peuvent le faire certains journalistes de revues « pseudo-scientifique», de vulgariser telle ou telle information scientifique, la vulgarisation est devenue un produit commercial où on recherche le maximum de vente, il faut accrocher le client…

 

Le livre


La-bonte-humaine.jpgVoilà comment il le présente :

 

« Les médias nous inondent d’informations négatives sur l’être humain. Certes, la violence existe, mais elle ne doit pas nous faire oublier les autres facettes de la vie humaine.
Ma façon d’aborder l’existence repose sur une certaine conception de l’être humain, appuyée sur de multiples connaissances en sciences humaines, et que je qualifie d’optiréalisme. La synthèse de ces recherches est le sujet de l’ouvrage La bonté humaine. »

« La première partie présente ce fait : la bonté s’exprime dans des situations où l’on s’attendrait bien plus à la violence et à l’égoïsme.

Chaque chapitre de cette partie associe des résultats de recherches scientifiques (surtout issues de la psychologie sociale, de la sociologie, de la criminologie et de l’histoire) avec des histoires de vie. »

« La seconde partie s’efforce de comprendre les racines profondes de cette aptitude à la bonté chez l’être humain, au travers de connaissances en préhistoire et primatologie, en anthropologie, en psychologie du bébé et du jeune enfant, en neurobiologie et en économie expérimentale. Cette partie a donc pour objectif de poser quelques fondements majeurs sur lesquels il est possible de construire une conception à la fois optimiste et réaliste de l’être humain. »

 

Dans cet ouvrage il cite deux personnages que j’admire :

 

Nelson Mandela : « J’ai toujours su qu’au plus profond du cœur de l’homme résidaient la miséricorde et la générosité. Personne ne naît en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de son passé, ou de sa religion. Les gens doivent apprendre à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, on peut leur enseigner aussi à aimer, car l’amour naît plus naturellement dans le cœur de l’homme que son contraire. Même aux pires moments de la prison, quand mes camarades et moi étions à bout, j’ai toujours aperçu une lueur d’humanité chez un des gardiens, pendant une seconde peut-être, mais cela suffisait à me rassurer et à me permettre de continuer. La bonté de l’homme est une flamme qu’on peut cacher mais qu’on ne peut jamais éteindre. »

 

Martin Luther King : « Il y a un extraordinaire potentiel de bonté dans la nature humaine. Il y a quelque chose dans la nature humaine qui peut répondre à la bonté. Je sais bien que l’on risque de dire qu’il est irréaliste de croire que tous les individus sont bons. Eh bien, je n’ai pas dit cela. (…) L’homme n’est ni bon de façon innée, ni mauvais de façon innée ; il a des potentialités pour les deux. (…) C’est pour cela qu’un Jésus de Nazareth ou un Mohandas Gandhi peut faire appel aux êtres humains et à cet élément de bonté en eux, et qu’un Hitler peut faire appel à l’élément de mal en eux. Mais nous ne devons jamais oublier qu’il y a quelque chose dans la nature humaine qui peut répondre à la bonté. »

 

Je ne peux vous obliger à le lire mais, franchement, je vous le conseille fortement, très fortement… Ne serait-ce que pour votre bien-être !

---

Partager cet article

Repost 0
Published by Sagamartial - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : le blog sagamartial
  • : Le principal objectif de mon blog est de Partager... Alors ce blog récoltera : mes inquiétudes et mes doutes sur l'avenir, mes colères, mes déceptions, mes moments de joie ; mais aussi mes interrogations, mes voyages, mes randos...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Catégories