Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 12:30

A la suite, dernièrement, de la lecture de quelques sermons du Bouddha, je vais aujourd'hui revenir sur deux notions : la vacuité et l'équanimité. (Si c'est la 1ère fois que vous arrivez sur ce thème du blog, c'est une suite de toute une série d'articles, il est donc judicieux de commencer par le début : "ici !")

Extraits de mes précédents écrits sur ce sujet :

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_intervenants/Portraits/Grand/7/9/117797_ricard.gifLe mercredi 17 février sur la vacuité : Matthieu Ricard écrit : "La vacuité n'est ni le néant ni un espace vide distinct des phénomènes ou extérieur à eux. C'est la nature même des phénomènes. (...) D'un point de vue absolu, le monde n'a pas d'existence réelle ou concrète. Donc, l'aspect relatif, c'est le monde phénoménal, et l'aspect absolu, c'est la vacuité. (...) Les phénomènes surgissent d'un processus d'interdépendance de causes et de conditions, mais rien n'existe en soi ni par soi. ". Je concluais mon propos en disant : "Pour moi (et j'insiste sur le "pour moi") la vacuité n'est pas le vide ; mais au contraire un "tout" issu de causes et de conditions où mon "moi" n'est rien... Et si je prends conscience de ce "tout" sans "moi", j'avance un peu plus sur la voie tracée par le Bouddha..."

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_intervenants/Portraits/Petit/3/0/4703_dogen.gifLe mardi 23 février sur l'Equanimité : Môham Wijayaratna définit l'équanimité ainsi : "Impassibilité, indifférence à l'égard des profits et des pertes, de la gloire et du déshonneur, des éloges et des blâmes, des bonheurs et des malheurs ; indifférence à l'égard de toute sensation agréable ou désagréable". Pour moi, l'équanimité permet d'accepter totalement ce qui est, sans nuire à notre équilibre. On accepte tout simplement les choses comme elles sont mais cela ne veut pas dire que l'on devient indifférent ou atone, mais grâce à cette équanimité, nous sommes beaucoup plus ouverts et notre compréhension est meilleure . Cela nous permet de savoir où, quand et comment agir. En développant l'équanimité nous devenons capables de lâcher prise, nous cessons de ressasser ce qui peut faire mal et ainsi, serein, nous agissons sainement.

Retour sur la vacuité :

En introduction d'un des sermons de Bouddha le "Cula-Sunnata-sutta", Môham
Wijayaratma rappelle que pour le bouddhisme la vacuité ne constitue pas qu'une théorie mais représente aussi un aspect pratique. Comprendre la vacuité permet d'acquérir la capacité de rester détaché des opinions fausses, comme l'idée de l'âme, l'idée d'un Soi personnel, éternel, etc.

En approfondissant mes lectures sur la "vacuité", je comprends un peu plus la logique bouddhique. Toutes les choses conditionnées n'existent pas par elles-mêmes, d'elles-mêmes, leur "impermanence" et leur "interdépendance" le prouvent (ex : une brouette c'est quoi, existe-t-elle par elle-même ? Bien sûr que non, elle est issue pour partie de bois, issu lui-même d'un arbre, issu lui-même d'une terre, etc. ; son assemblage est issu du savoir d'un homme, ce savoir issu de réflexions, de pensées elles-mêmes issues d'observations, etc. etc.). Un philosophe grec, Démocrite je crois, avait dit que toute vie, que toute chose était issue des mêmes particules infimes, je crois qu'il est le premier à avoir utilisé le terme d'atome. La "vacuité" n'est pas le vide, ni le non vide mais les phénomènes qui ont fait ces choses y compris moi. Donc selon moi, la vacuité est, en tant que combinaison de phénomènes,  l'essence de toute chose y compris nos pensées.

Ça c'est de la théorie. En pratique, si on prend conscience que nous sommes "élément", "phénomène" de la "vacuité (la méditation aide à cette prise de conscience)
il apparaît clairement que “ Moi ” n’existe pas en soi, mais s’identifie à cette conscience unique la vacuité (l'univers pourquoi pas ?). Mon "moi" est donc - sans naissance, sans mort, incréé et indestructible -. Il est évident que le jour où nous l'aurons complètement assimilé (ce n'est pas encore mon cas...) nous pourrons nous permettre de rire à la pensée de la mort, la notre ou celle de n’importe qui. Si aucune individualité n’a jamais existé, la pensée de perdre cette individualité n'a aucun sens. Tout ce que nous avons à perdre - en cette vie ou en une vie future - c’est l’illusion vaine d’être des individus. C’est cette illusion, soit dit en passant, qui est responsable de toutes les frustrations de la vie et de la plupart de ses souffrances. Quel bonheur de la perdre !

Retour sur l'Equanimité :

Je ne reviens pas sur la définition qui est très claire, impassibilité et indifférence devant toute sensation agréable et désagréable, que cela soit par pensée ou par action. Il est évident que pour moi qui suis très loin d'être un "Arahant" (Celui qui est libéré de toute souillure mentale et des 5 entraves* et qui a atteint la dernière étape de la voie de la libération.),  cette appropriation complète de cet état d'équanimité m'attire par rapport à tout ce qui peut m'être désagréable ; pour être clair cela ne me gêne pas de ne pas être impassible devant quelque chose d'agréable ...  Je dois dire que peu à peu je commence à appliquer cette règle d'équanimité sur tout ce qui peut m'être désagréable et je vous assure que cela donne un bien-être assez surprenant et ce n'est qu'un début. Avant de continuer je vais commencer par donner quelques exemples de ce qui m'est désagréable :

  • - mes pensées : souvenirs de timidité excessive, de ne pas avoir osé dire que j'aimais, de ne pas avoir su aimer, de mon divorce. Constat de mon âge, de mes douleurs...
  • - le comportement des autres : dans mon combat politique, dans la société en général, face à l'avenir de la planète, l'insouciance des humains..
  • - mon comportement : mes indécisions, mes doutes, mon égoïsme, mon manque d'engagement.
  • - mes douleurs : crampes, mal de genoux, de dos... 

Les résultats les plus rapides de mes premiers pas avec l'équanimité, aidée aussi par ma découverte de la méditation, concernent mes pensées, . Quand ces mauvaises pensées arrivent je suis maintenant absolument impassible et ainsi cessent toutes mes angoisses, mes questions, mes colères.  Pour les pensées les plus dures, telles celles liées à mon divorce, rapidement je réagis en me disant que c'est le passé, ce n'est pas le Martial d'aujourd'hui, c'est l'histoire d'un Martial qui n'est plus (impermanence) ; et impassible devant elles, ces pensées disparaissent.

Pour mon comportement, l'équanimité m'aide à être serein devant ce que je pourrai appeler mes incompétences. Je regarde mes faiblesses et tranquillement je les valide et j'agis en conséquence.

Ma surprise concerne les douleurs ; en effet quand j'agis envers elle avec équanimité certaines disparaissent ! Quand je pense à appliquer cette équanimité, je regarde, impassible, la douleur monter ; je n'essaie pas de la freiner, je la regarde évoluer, je constate la diminution de la douleur et je la vois disparaître... Et ça marche ! Elles reviennent mais elles ne m'embêtent plus, elles font partie du "tout".

http://sujeetkumaar.files.wordpress.com/2009/07/mahatma-gandhi1.jpgLe plus dur, pour moi, concerne le comportement des autres (racisme, individualisme, méchanceté, mensonge, cruauté)  l'impassibilité liée à l'équanimité ne doit pas entraîner la fuite, la non-réaction, mais doit supprimer la colère, la haine, la violence. Ainsi, une certaine sérénité doit permettre de comprendre le pourquoi de telle situation, de tel comportement et doit aider à trouver les solutions, les moyens de changer les choses. Mais je n'ai pas atteint cette dimension et parfois j'ai vraiment envie de tout laisser tomber, de me replier sur moi et mes proches et d'ignorer le mal ambiant. C'est là que j'admire des êtres comme Gandhi, Nelson Mandela...

Voilà je crois avoir fait le tour en ce qui me concerne sur ces deux notions de vacuité et d'équanimité. La prochaine fois je parlerai sûrement de la "méditation" telle que je l'ai vécue et que je la comprends : pour y aller cliquez "Ici!".

* Les cinq entraves :

  • la convoitise des choses matérielles
  • la malveillance
  • l'agitation et l'anxiété
  • la paresse et la torpeur
  • le doute et l’indécision 
Pour connaître tous mes articles sur le bouddhisme, commencer par celui-ci :"Je suis bouddhiste..." 
---

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sagamartial - dans Ma vie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : le blog sagamartial
  • : Le principal objectif de mon blog est de Partager... Alors ce blog récoltera : mes inquiétudes et mes doutes sur l'avenir, mes colères, mes déceptions, mes moments de joie ; mais aussi mes interrogations, mes voyages, mes randos...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Catégories