Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 06:41

J'ai essayé dernièrement, le mercredi 10 février, de vous faire découvrir la notion bouddhiste de l'interdépendance ; bref retour sur cette notion en reprenant des extraits des propos de Lama Denis :

  • "L’interdépendance est un principe universel. Tout est interdépendant ; rien n’est autonome et autosuffisant.
  • L’interdépendance est naturellement omniprésente, que ce soit au niveau cognitif, biologique, écologique, économique et social. Nous dépendons tous les uns des autres. « Je » dépends de ce qui est « autre que moi ». Ce que nous appelons « moi » est fait d’éléments non-moi. Pour ne prendre que l’exemple du corps, sa santé dépend de l’équilibre de ses constituants organiques et chimiques, des aliments consommés, du mode de vie, et pour aller vite, de l’environnement global. Notre état intérieur est lui-même le produit de causes et de conditions spécifiques. Aujourd’hui, ce que nous sommes en tant qu’être humain, tout ce que nous utilisons et consommons, nous le devons à d’autres."


De ma compréhension de cette notion, je retiens deux idées qui me sont particulièrement fortes :

La première est que notre "moi" est particulièrement vide, une coquille vide ; même la coquille naît que par des causes bien extérieures à soi. Ce savoir doit nous amener à beaucoup plus de retenue , beaucoup plus d'humilité, donc à moins de prétention, d'orgueil. La valeur de notre moi n'étant issue que de phénomènes extérieurs, que de la richesse des autres ; notre arrogant égoïsme n'a pas lieu d'exister.

La deuxième est que notre bien-être dépend du bien-être des autres et inversement. Cela ne peut qu'amplifier mon combat pour la solidarité et la fraternité Humaine avec un grand H. Cette solidarité et cette fraternité viennent, par ailleurs, enrichir d'autres valeurs de notre république : égalité, liberté et laïcité.

Aujourd'hui je vais essayer d'approcher les notions liées de vacuité et de non-soi ;
en espérant ne pas vous dissuader de lire mes prochains écrits sur le bouddhisme et moi...

La vacuité, le non-soi

Tout d'abord je vais faire preuve d'humilité, j'ai vraiment du mal à comprendre cette notion. Le dictionnaire Larousse dit : "Etat de ce qui est vide. Vide moral, intellectuel, absence de valeur". Dans le bouddhisme la vacuité a une toute autre dimension, mais peu arrive à bien cerner cette notion. John Blofeld, un spécialiste, écrit : "La vacuité ne peut être ni décrite ni définie. En vérité, à peu près rien n’en peut être dit qui vaille. Peu de savants occidentaux paraissent en avoir saisi le sens, et même dans les pays bouddhistes, il y a relativement peu de gens qui peuvent s’être formé une idée approximative de ce qu’est la vacuité."

Dans mes différentes lectures, je constate que la vacuité est souvent liée à la notion d'interdépendance. En effet, comme dit plus haut, tout étant par nature interdépendant donc tout est vide d'existence propre.  Nous pourrions alors trop rapidement dire la vacuité
c'est le vide, l'absence de nature propre étant le vide... Mais non car les phénomènes surgissent d'un processus d'interdépendance de causes et de conditions, en revanche rien n'existe en soi ni par soi. Dans d'autres lectures on associe l'impermanence à l'interdépendance, l'impersonnalité, ainsi cette vacuité serait l'absence d'un "moi" nature, propre, défini, infini dans la tourmente des phénomènes qui donne notre Monde apparent avec nous et sans nous. 

Matthieu Ricard écrit : "La vacuité n'est ni le néant ni un espace vide distinct des phénomènes ou extérieur à eux. C'est la nature même des phénomènes. Et c'est pour cela qu'un texte fondamental du bouddhisme, le Soûtra du Cœur, dit : "La vacuité est forme et la forme est vacuité". D'un point de vue absolu, le monde n'a pas d'existence réelle ou concrète. Donc, l'aspect relatif, c'est le monde phénoménal, et l'aspect absolu, c'est la vacuité. (...) Les phénomènes surgissent d'un processus d'interdépendance de causes et de conditions, mais rien n'existe en soi ni par soi. La contemplation directe de la vérité absolue transcende tout concept intellectuel, toute dualité entre sujet et objet".

Ah cette notion de non-dualité : ni identité ni différence, ni avènement ni cessation, ni gain ni perte, ni sujet ni objet, ni existence ni non-existence... là franchement je décroche un peu...

Ma conclusion personnelle sur la vacuité :

Pour moi (et j'insiste sur le "pour moi") la vacuité n'est pas le vide ; mais au contraire un "tout" issu de causes et de conditions où mon "moi" n'est rien... Et si je prends conscience de ce "tout" sans "moi", j'avance un peu plus sur la voie tracée par le Bouddha...

Avez-vous tout compris ? Oui ? Eh bien Félicitations !

La prochaine fois je parlerai de l'Equanimité, et là c'est un point important qui permet après avoir compris les notions d'interdépendance et d'impermanence d'accéder à un véritable bien-être en redonnant le pouvoir à notre esprit... Curieux    alors cliquez : " ici !"

 

Pour connaître tous mes articles sur le bouddhisme, commencer par celui-ci :"Je suis bouddhiste..." 

---

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sagamartial - dans Ma vie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : le blog sagamartial
  • : Le principal objectif de mon blog est de Partager... Alors ce blog récoltera : mes inquiétudes et mes doutes sur l'avenir, mes colères, mes déceptions, mes moments de joie ; mais aussi mes interrogations, mes voyages, mes randos...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Catégories