Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 09:48

En plagiant (et sans faire de prosélytisme) un des célèbres entretiens de Bouddha le “Sonadanda-sutta”, je vais ci-dessous imaginer un débat sur l'identité nationale. Le texte canonique du bouddhisme  reprend un entretien entre un brahmane distingué et l'Eveillé. Sonadanda rappelait à Bouddha les  facteurs définissant un vrai brahmane (la plus haute caste pour les hindous). Ces facteurs, en faisant très court, sont  :

  1. - être bien né et depuis plusieurs générations
  2. - connaître les formules sacrées, dans les vocabulaires et  les rites
  3. - connaître la langue et sa grammaire
  4. - être agréable à voir, charmant et élégant, d'une excellente couleur de peau
  5. - être intelligent
  6. - être vertueux .

Selon les brahmanes ce sont ces facteurs qui permettant de dire : “Je suis un brahmane” sous entendu le meilleur. Dans cet entretien Bouddha amènera Sonadanda à dire que seul “être vertueux” était essentiel et nécessaire pour arriver à la sagesse. Bien entendu, je rappelle que j'ai fait très court.

 

Mon plagiat : à la place des facteurs pour être “brahmane” ce seront les facteurs pour être “français”.


Un notable d'une haute lignée française accompagné de quelques fidèles se rend à un débat sur l'identité nationale. Ce notable, “vieille France”, cultivé était aussi intelligent lui permettant ainsi d'être ouvert à de sereines discussions. Au moment où chacun dans la salle pouvait définir, selon lui, les critères pour pouvoir dire “Je suis français”, le notable pris la parole pour donner l'avis d'une majorité, selon lui, dite silencieuse. Il dit  donc :

- Selon nous, pour pouvoir proclamer “Je suis français” il faut répondre à ces 5 facteurs :

  • - connaître parfaitement les bases de l'histoire de la Nation française
  • - connaître par coeur et chanter l'hymne national “la Marseillaise”
  • - connaître les 17 articles de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen
  • - parler dans un bon accent et écrire dans une bonne orthographe la langue française
  • - être un bon citoyen respectueux de nos lois et de nos valeurs républicaines.

Dans la salle il y avait un homme que tout le monde respectait car il était connu pour son honnêteté et sa grande générosité ; il engagea une discussion avec le notable.

- Je vous ai bien entendu Monsieur ; cependant est-il possible de laisser de côté un facteur parmi ces 5 et que celui qui possède les 4 autres puisse déclarer honnêtement “Je suis français” ?

- C'est possible en effet. Il est évident que nous devons nous tourner vers l'avenir, nous sommes dans une société de progrès aussi il n'est pas nécessaire de connaître parfaitement les bases de l'histoire de la Nation française. Notre hymne et la déclaration des droits de l'homme sont issues de notre histoire et en connaissant bien notre langue il est possible de crier haut et fort “Je suis français !” car c'est dans notre France d'aujourd'hui que nous respectons nos lois et nos valeurs républicaines.     

- Je vous ai bien entendu Monsieur ; cependant est-il possible de laisser de côté un facteur parmi ces 4 et que celui qui possède les 3 autres puisse déclarer honnêtement “Je suis français” ?

- C'est possible en effet. On peut mettre de côté la connaissance par  coeur de “La Marseillaise”. Il est évident que si notre hymne a une valeur hautement symbolique son texte est parfois à la limite de nos valeurs républicaines. Par la bonne connaissance de notre langue et celle de notre déclaration des droits de l'homme et du citoyen nous pouvons crier haut et fort “Je suis français !” car je respecte nos lois et nos valeurs républicaines.      

 - Je vous ai bien entendu Monsieur ; cependant est-il possible de laisser de côté un facteur parmi ces 3 et que celui qui possède les 2 autres puisse déclarer honnêtement “Je suis français” ?

- C'est encore possible en effet. - Ici on peut percevoir quelques frémissement du côté de ses fidèles-. Parmi ces 3 facteurs, on peut laisser de côté la connaissance de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Il est certain que nos lois et nos valeurs sont issues en grande partie de cette déclaration, il est donc évident qu'en connaissant parfaitement notre langue et en respectant nos lois et nos valeurs républicaines nous pouvons crier haut et fort “Je suis français !” .      

 - Je vous ai bien entendu Monsieur ; cependant est-il possible de laisser de côté la parfaite connaissance de la langue française et que celui qui respecte scrupuleusement les lois et les valeurs républicaines de la France, puisse déclarer honnêtement “Je suis français” ?

Un brouhaha se fait entendre du côté des fidèles du notable. Après un temps de réflexion le notable reprend la parole. 

- C'est possible en effet. Pour pouvoir crier haut et fort “Je suis français !” il suffit d'être un bon citoyen en respectant nos lois et nos valeurs républicaines.  

Les fidèles du notable réagirent :

- Ne dites pas cela, ô Monsieur, vous ne pouvez dénigrer notre histoire, notre hymne,  notre déclaration, notre syntaxe et notre vocabulaire ce sont les fondements de notre naissance !

Le notable dit :

- Ne dites pas que je dénigre les fondements de notre naissance car, honorables amis, je ne dénigre pas notre histoire, notre hymne,  notre déclaration, notre syntaxe et notre vocabulaire.

A ce moment là un jeune fidèle retardataire entre dans la salle, le montrant du doigt le notable s'écrit :

- Très honorables amis, voyez notre jeune ami il connaît les dynasties royales de la France, il connaît l'histoire de la révolution, il connaît les différentes républiques de la nation. Il connaît le texte de la Marseillaise et ensemble nous l'avons chanté. Il connaît les 17 articles de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Il manie avec élégance la syntaxe de notre langue nationale.  C'est mon ami, mais si cet ami venait à vous voler, à voler les caisses de l'état, si cet ami fuyait le paiement de ses taxes, si cet ami exploitait la faiblesse de son voisin, si cet ami reniait la Liberté de ses concitoyens, si cet ami profitait du manque d'Egalité en son pays, si cet ami oubliait par un individualisme exacerbé la Fraternité entre tous, pourrait-il dire : “Je suis français” parce qu'il connaît seulement notre histoire, notre hymne,  notre déclaration, notre syntaxe et notre vocabulaire ?

Le jeune fidèle retardataire répondit :

- Si c'était le cas je ne mériterais pas d'être appelé français !

Un flottement parcourant les fidèles, le notable repris la parole : 

- Très honorables amis, vous voyez cet homme avec qui je discute, connu pour son honnêteté et sa générosité, il  vient d'un pays au-delà de nos mers, il connaît les bases de l'histoire de son pays mais très peu du nôtre, il connaît parfaitement l'hymne national de son pays mais pas celui du nôtre, il connaît les articles de la constitution de son pays mais pas ceux du nôtre. Il manie avec fragilité, les difficultés de notre langue. En revanche, il travaille dans notre cité, il paie ses taxes nationales et locales, il respecte scrupuleusement nos lois. Il a quitté un pays de misère où ses propres valeurs étaient bafouées, accueilli sur notre terre il a adhéré aussitôt aux valeurs d'humanisme de la France, Laïcité, Liberté, Egalité, Fraternité, en y ajoutant la Solidarité car, profitant de ses moments libres, on le voit avec ce groupe de citoyens apporter soutien et aide aux oubliés de notre société. Ne pourrait-il pas crier : “Je suis français” uniquement parce qu'il ne connaît pas notre histoire, notre hymne,  notre déclaration, notre syntaxe ?

Tout le monde pensait en son for intérieur… C'est un citoyen modèle, c'est un modèle pour les français… Il peut se dire “français”. Et pourtant…  


Rappel de la définition de la citoyenneté :

La citoyenneté est le fait pour une personne, pour une famille ou pour un groupe, d'être reconnu comme membre d'une cité (aujourd'hui d'un État) nourrissant un projet commun et qu'ils souhaitent y prendre une part active. La citoyenneté comporte des droits civils et politiques, et des devoirs définissant le rôle du citoyen dans la cité et face aux institutions. Au sens juridique, c'est un principe de légitimité : un citoyen est un sujet de droit.

---

Partager cet article

Repost 0
Published by Sagamartial - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : le blog sagamartial
  • : Le principal objectif de mon blog est de Partager... Alors ce blog récoltera : mes inquiétudes et mes doutes sur l'avenir, mes colères, mes déceptions, mes moments de joie ; mais aussi mes interrogations, mes voyages, mes randos...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Catégories