Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 09:10

Avertissement : vous allez encore une fois entrer dans ma vie (mon livre ouvert), à mon âge, comme beaucoup, j'ai tendance à regarder derrière et j'essaie d'analyser mon existence. Sur ce blog, entre autres (voir colonne de droite "objectifs du blog"), je dévoile un peu de moi sans jamais aborder, toutefois mon profond jardin sacré . Dans cet article j'aborde parfois la danse des sentiments, il ne faut pas rechercher de sous-entendus, d'écrits entre les lignes, il n'y a pas de message, c'est l'écrit d'un homme qui avance dans l'âge et qui veut être le simple témoin d'une vie banale et pourtant si riche...

 

Revenons au sujet... "Amitié homme / femme... les limites"

Pour commencer voici quelques remarques trouvées sur Internet :

"Une question fréquente qui se pose génération après génération : un homme et une femme peuvent-ils être seulement amis ? Dans cette question, il est évident que l'amitié exclut la sexualité. "Seulement amis " signifie relation sans sexe, sans désir, sans passion et sans phantasmes dissimulés."

"C'est quoi, l'amitié déjà ? Un sentiment sans règles plus complexe qu'on imagine.[...] C'est un mélange de confiance, d'abandon, de sérénité et d'amour désintéressé, sans exigence, ni enjeux. Cependant cette pureté résisterait-elle néanmoins, dans une relation homme-femme, au désir, et aux fantasmes ? Cette amitié est rare, rarement durable ou poursuivie dans la durée."

"L'amitié entre un homme et une femme est quand cela se passe au-dessus de la ceinture... En dessous, c'est l'amour..."

"Combien de fois un homme se contente d'être ami en désirant être l'amant ! Est-ce l'amitié ?"

"Un homme et une femme vont à un moment ou à un autre se poser la question du désir. Je ne crois pas à l'amitié entre un homme et une femme sans ambiguïté. Cette tension qui fait que chacun peut éprouver une affection qui passe également par la tendresse physique."

"Je connaîs une vraie amitié homme/femme, mais voilà deux générations nous séparent et pas en ma faveur".

 

"Amitié homme/femme... Oui si : homosexualité, grande différence d'age, physique pas trop sexy."

 

Et moi dans toutes ces remarques...

 

Mes "vieux" amis

 

Eh bien, toutes ces remarques entrent bien dans ma réflexion, voire mes interrogations. Tout d'abord un constat, comme j'ai pu déjà l'écrire, pour discuter de tout (et même de rien)  je me sens beaucoup plus proche de la gente féminine. J'aime leur sensibilité, leur courage, leur culture et même leur colère... Pourtant, mes amis les plus anciens,  sont des hommes, ils sont issus de la fin de mon adolescence, il y a plus de 35 ans. Ensuite il y a ceux issus de mes premiers pas dans le monde du travail, il y a plus de 30 ans, encore des hommes... Certes j'ai des amiEs de cette époque mais elles sont toutes "épouse de".

J'ai une amie qui n'est pas "épouse de" et que je connais depuis une quinzaine d'années, collègue elle est devenue réellement amie quand ma vie familale s'est cassée, elle était devenue ma confidente et parfois ma complice, j'aimais discuter avec elle, elle était d'une humeur toujours égale, en tout cas envers moi. Je devais la saoûler de paroles. Elle souriait tout le temps ; son regard bleu renvoie beaucoup de sérénité. Maintenant elle est loin, trop loin pour que je lui rende tout ce qu'elle m'a donné pendant cette courte période où j'avais besoin que quelqu'un m'écoute. Mon coeur se serre en pensant à elle ; elle qui vit maintenant dans un corps qui ne bouge plus. Je l'ai vu cet été et je la reverrai, j'espère bientôt. 

En relisant ce dernier paragraphe, je me suis dit "gaffe" attention si j'assume mon côté "livre ouvert" c'est le mien et pas celui d'autres. Je vais donc être particulièrement vigilant à rester assez vague pour éviter que d'éventuelles visiteuses de mon blog puissent soit croire se reconnaître soit se sentir visée. En revanche, pour les éventuelles qui seraient surprises d'être franchement ignorées, je parle ici uniquement d'amitié et pas au-delà afin d'essayer d'écrire sur cette relation ambigüe qu'est l'amitié entre homme et femme.

 

Voilà pour mes amis issus du passé. Et après ?

 

Avant ma retraite, je rencontrais du monde au travail et dans ma vie associative dans les deux cas, comme je l'expliquais plus haut, j'étais toujours attiré par les dames avec leurs histoires, leur charme et certaines de ces collègues étaient devenues des copines (je situe "copine" entre collègue et amie). A part mon amie déjà citée , aucune de mes "copines" issues de mes activités associatives et professionnelles sont devenues de véritables amies ; pourtant parfois j'aurais aimé que cela le devienne. Cela veut dire de les recevoir en dehors du milieu normal de nos activités, de leur faire rencontrer mes vieux amis, etc. Mais il était évident que je sentais que là j'atteignais les limites de l'amitié... En effet, ce désir d'aller au-delà n'était pas neutre, cela accompagnait quelques désirs que je refoulais : le désir de prendre une main, le désir de sentir leur chaleur, la douceur de leur peau. Parfois je pouvais commencer à ressentir un peu de jalousie dès qu'elles pouvaient montrer un peu d'intérêt pour d'autres, je tombais amoureux... STOP ! Je savais freiner la montée de ces images troubles et je me forçais à faire redescendre ces copines au niveau de collègues... Ici je pourrais dire que je ne voulais pas risquer de casser ma vie de famille par ces "gamineries", c'est peut-être un peu vrai  mais soyons honnête c'était plutôt la peur des interdits,  voire peut-être une certaine lâcheté, sûrement une réelle timidité, je ne suis donc pas un saint ; d'ailleurs quand on me prenait la main... (le premier pas...)... mais c'est une autre histoire non liée à l'amitiée mais aux aventures... ce sera peut être un jour le sujet d'un autre article  ...  A cette époque j'aimais fortement tous ces combats dans ma tête et je me satisfaisais de mes rêves, même ceux éveillés ; aujourd'hui avec l'expérience de la vie je regrette d'avoir laissé la part belle aux rêves...

 

Et maintenant ?

 

Par mes activités et par mes voyages je vois beaucoup de monde et très souvent je conserve des liens. Je n'ose dire "amis" car ce terme est à mon avis très fort. Et tous ces liens sont en grande majorité féminins, des dames, comme je dis. Alors dois-je dire amiE ou copine ? Disons pour la suite "amie".

Donc j'ai des amies issues de mes voyages, je dis "amie" dès qu'il y a, après le voyage, des rencontres suivies, même assez éloignées entre elles.  Ces amitiés sont pour moi très fragiles. J'ai vu conserver des relations amicales sur une ou deux années, parfois il ne reste que des liens "internet".

Au cours de ces voyages, donc, je sympathise rapidement avec les dames - vous savez déjà pourquoi, j'aime leur personnalité. Avec le recul, je m'aperçois que j'ai un comportement différent selon les tranches d'âge de ces dames :

  • - entre 45 et 60 : ma tranche d'âge, c'est beaucoup de complicité, on rigole beaucoup, nos discussions tournent le plus souvent sur le quotidien et sur les voyages (passés et à venir) et on partage, au retour, facilement des activités ; bref pas de questions saugrenues et ça se passe bien. Dans cette tranche d'âge l'amitié peut être réelle et peut durer ; mais cela reste quand même fragile car ayant peu de souvenirs en commun, pas de relations avec les autres amis, on tourne vite en rond sur les sujets de discussion. Toutefois par rapport au sujet traité (amitié homme/femme - les limites), c'est avec cette tranche d'âge où, à mon avis, la différence de sexe ne joue pas sur la pérennité de l'amitié (même si parfois on pourrait être tenté d'un rapprochement sentimental).
  •  
  • - entre 35 et 45 : On rigole aussi beaucoup, les discussions sont plus larges, on abordera des sujets de société plus facilement. Mais souvent pour certaines de ces dames de cet âge, des pensées saugrenues liées à mon état d'homme seul (mais je n'en suis même pas certain) arrivent, et je peux être troublé par le charme d'un regard, d'un sourire. Ensuite je ne peux m'empêcher, même si je ne le montre pas de rêver à des relations autres, des relations amoureuses (vous savez c'est mon grand défaut je tombe facilement amoureux) et là c'est catastrophique car je suis aussi obligé de me surveiller pour ne pas devenir collant, faire exprès de ne pas marcher ensemble, s'efforcer de ne pas rester à proximité de cette personne qui m'attire, etc. etc. Dans ces cas j'ai bien entendu envie que les relations amicales ne cessent pas après le voyage... Mais cela ne durera pas car les limites ont été atteintes et sachant que les rêves ne seront pas réalités (logique de vie), la fréquentation post voyages n'étant que (peut être inconsciemment) l'espoir d'une relation amoureuse celle-ci s'éteindra tout doucement mais sûrement. Heureusement que depuis deux ans ces pensées saugrenues citées plus haut sont bloquées très rapidement en mettant en application quelques règles de la méditation bouddhiste. L'amitié peut donc maitenant durer car je ne laisse plus mon esprit aborder les rives des sentiments...
  •  
  • - entre 25 et 35 ans : alors là c'est une toute autre histoire. Tout d'abord dans mes voyages la moyenne d'âge tourne plutôt vers 40/50 ans donc les dames de cette tranche d'âge sont rares. C'est la tranche d'âge de mes enfants. Et c'est vrai que je suis très attiré par toute cette jeunesse même si je ne le montre pas. Attiré par quoi ? Bien entendu tout d'abord par le physique, il est évident que si je suis attiré par la beauté d'un paysage, d'un monument, d'une peinture, etc. il en est de même par la fraîcheur, les lignes souples, ... d'une jeune dame ; mais s'il n'y avait que cela il est évident que, la raison l'emportant, mon comportement sera identique à celui que j'ai devant certains tableaux de Monet et d'autres impressionnistes... admirateur silencieux et discret. Mais ce qui m'attire  aussi c'est le fait qu'elles sont de la génération de mes enfants et là j'aime les entendre parler de leur vie, de leurs envies, de leur avenir, je compare et parfois j'ai envie de conseiller (un père ?)... Elles me ramènent, aussi, beaucoup de souvenirs de ma propre jeunesse, mes pensées, mes envies et ainsi cela me permet évidemment de rester proche de ma propre ancienne jeunesse et de ralentir mes pas vers la vieillesse voire la sagesse...  Avec elles... en ce qui concerne la montée des sentiments amoureux je n'ai pas besoin de techniques de méditation pour les freîner... un miroir suffit !
  • Je pense qu'il n'est pas nécessaire que je précise que les amitiés liées à cette tranche d'âge sont les plus éphémères...

En relisant mes propos sur ces deux dernières tranches, je constate que je ne me livre pas complètement... En tant qu'homme seul je me pose souvent la question ne devrai-je pas essayer de reformer un couple ? Ma réponse est non, je développerai ce sujet éventuellement dans un autre article, mais brièvement je ne peux concevoir une union  que s'il existe un projet de vie particulèrement fort : créer une famille, élever un enfant... Et la raison, chez moi l'emporte toujours, ce n'est pas de mon âge... En revanche, les idées et les pensées se mélangeant, lorsque je sympathise avec des jeunes dames, il m'arrive souvent de me dire: "ah si j'avais quelques années (voire dizaines d'années) de moins... Et là longue respiration et j'écoute avec attention les chatouillis de l'air pénétrant dans mes poumons...

Avant de conclure et après avoir relu mon texte, je voulais faire un aparté sur la jalousie (côté coeur). Je pense réellement que quelqu'un qui dit ne pas être jaloux, soit c'est un menteur soit il n'a jamais réellement aimé. Personnellement, il m'est déjà arrivé d'être jaloux, ma chance est que ma jalousie n'a jamais été maladive et que j'ai toujours pu trouver rapidement des palliatifs pour oublier les causes de ces moments de jalousie. Même le drame de mon divorce est plus une colère sur un échec terrible de vie, la fin de mon seul réel projet depuis mon adolescence : la création d'une famille unie et qui s'aime, ce fut la fin de ma famille... un crime... Dont je fus aussi l'un des complices.
     

Conclusion

Pour faire très simple je reprends des phrases de l'introduction :

  • - Cette amitié homme/femme est rarement durable.
  • - Amitié homme/femme... Oui si : grande différence d'âge, physique pas trop sexy.

 

Et je ne peux que sourire à cette remarque :

  •   "Je connaîs une vraie amitié homme/femme, mais voilà deux générations nous séparent et pas en ma faveur".
Je termine maintenant cet article en me disant : "Je suis vraiment un livre ouvert..." Et je resterai comme ça .

 ---

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sagamartial - dans Ma vie
commenter cet article

commentaires

fermaton.over-blog.com (Clovis Simard,phD) 23/05/2012 00:11


blog(fermaton.over-blog.com),No-27. - THÉORÈME ÂGE4. - Âge limite de l'Humain.

patricia 06/12/2009 15:22


Bonjour tu as juste oublié me semble t'il un élément qui a son importance dans la realtion amitié dont tu parles, je crois quant à moi qu'une amitié homme-femme est réalisable si on a déjà dépasser
la relation sexuelle, alors là, on peut construire une amitié sincère qui n'est plus entravée par cette attirance sexuelle qui nous fait tant défaut.


Hugues 10/11/2009 14:29


Tu te poses beaucoup trop de questions. Pour ma part j'ai deux amis. Et oui les amis pour moi cela ne se compte que sur les doigts d'une main. Je suis aussi fidèle en amitié qu'en amour. Et quand
je donne mon amitié c'est comme en amour... pour la vie, ce qui fait qu'une rupture avec un ami est pour moi très, très dur. Je ne l'ai vécu que 2 fois, la 1ère c'était  Pierrôt, un cancer l'a
éloigné défintivement de ma vie, la 2ème fois c'était Thierry la maladie de Domi l'a éloigné de nous et peut-être que son amitié n'était pas aussi forte que la mienne. Mes deux amis actuels sont:
un par le travail, c'était tout d'abord un collègue de travail, ensuite c'est devenu un copain lorsqu'on a commencé une formation ensemble, on s'est découvert, et il est devenu un Ami, qui me
comprend sans que je parle, toujours présent, même pas besoin de l'appeler, et sa famille est devenu un peu une part de ma famille, c'est mon Cricri. Le deuxième est une amie, Sylvie, que j'ai
rencontré par le judo. Tout d'abord elle était une maman de mes jeunes judokas, ensuite ellle est entrée dans notre bureau, la complicité est venue, et l'amitié a naturellement suivi, c'est
maintenant ma Baloonette. J'ai été un soutien lorsqu'elle a eu des soucis dans sa famille, et elle, tout comme mon Cricri est toujours très présente dans nos peines...et dieu sait qu'en ce moment
on est servi. Ses enfants m'appellent Tonton Hugues, comme pour Cricri sa famille fait mainenant partie de la mienne. Pour finir se demander si on peut avoir aussi bien un ami qu'unE amiE, c'est
comme si la question se posait de savoir si on pouvait aimer aussi fort son frère que sa soeur...sans ambiguité...


Présentation

  • : le blog sagamartial
  • : Le principal objectif de mon blog est de Partager... Alors ce blog récoltera : mes inquiétudes et mes doutes sur l'avenir, mes colères, mes déceptions, mes moments de joie ; mais aussi mes interrogations, mes voyages, mes randos...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Catégories